Assise sur mon volcan

blog de maman / femme / râleuse / boulimique d'écriture (rayer la mention inutile)

un choix de vie

Il y a trois ans, nous avons fait un choix de vie.

Le genre de décision qui changent tout, pour toujours, ou presque.

Un pas que j’ai eu du mal à franchir, qui m’a fait beaucoup trembler d’appréhension puisque j’ai vu mes parents galérer des années pour avoir fait le même.

 

Ce choix, c’est celui d’acheter un bout de terrain et de construire une maison dessus.

Ce choix, c’est notre maison, à la campagne, à une vingtaine de kilomètres de l’agglo. Plus loin du boulot, plus loin des commerces, plus loin des loisirs, mais aussi plus loin du bruit et de la pollution.

Ce choix, c’est celui de s’endetter sur 25 ans et de savoir qu’on va devoir compter, parfois se serrer la ceinture, refuser certains cadeaux aux enfants, choisir une activité en fonction de son prix, ne pas partir en vacances où et quand on veut (voir ne pas partir du tout).

 

Ce choix, nous avons eu mille et une occasions de le regretter depuis trois ans : des complications, des conflits, des choses qui ne sont pas faites comme nous le voudrions, des artisans je-m’en-foutistes, un constructeur d’une mauvais foi absolue, des fournisseurs incompétents, une voisine toxique, des délais toujours plus longs, de la neige, beaucoup de neige, des économies qui fondent (beaucoup) plus vite que la neige dans le jardin, un moteur de volet roulant qui tombe en panne, une poignée de porte fenêtre qui ne se verrouille plus, des câblages mal faits qui rendent impossible l’utilisation des prises RJ45 disséminées dans la maison, un chien qui mange les angles de murs (miam trop bon le placo), des travaux de voirie qui coupent le village et nous obligeant à faire du car-cross tous les jours pendant 6 mois, de la boue plein les chaussures, des millions d’insectes qui s’invitent dès qu’on ouvre une fenêtre, les balades déconseillées le dimanche pour cause de chasseurs-qui-font-chier…

 

Mais voilà, des jours comme ces jours-ci balayent tous les regrets, tous les « et si ? ». Des jours comme ces jours-ci où les enfants courent dans le jardin, où nous jouons au ballon tous ensemble, où les enfants papotent avec leurs copains de l’autre côté du grillage, où Crawette apprend à faire du vélo dans les petits chemins du village, où Loustic crie des « jusqu’au ciel papaaaa » en explosant de rire sur sa balançoire, où on rentre de l’école à pied, où on va cueillir des fleurs et ramasser des fruits dans le bois à côté, où on observe la montgolfière qui passe juste au dessus de la maison, où on met un pique-nique dans le sac à dos avant de prendre le chemin qui grimpe sur le volcan qu’on voit de notre fenêtre… Mais aussi ces jours tous blancs où on a fait des batailles de boules de neige, de la luge et un Olaf géant… Ces jours remplis de temps entre nous, de rires, de joies, juste nous, dans notre cocon. Ces jours là ressemblent à ce qu’on avait projeté, à ce qu’on voulait en signant au bas de cette montagne de papiers, à ce qu’on souhaitait de tout notre cœur en passant la dernière couche de peinture…

Ces petits moments d’éternité me remplissent le cœur et l’âme, tous ces moments de bonheur partagés, ensemble, tous ensemble. Mes enfants se créent des souvenirs, notre famille se tissent autour de cette maison. Le reste n’a plus d’importance, le reste n’est que broutille et pacotille.

 

 

call me Caroline

Call me Caroline

0
Shares
Rendez-vous sur Hellocoton !

12 thoughts on “un choix de vie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :