Assise sur mon volcan

blog de maman / femme / râleuse / boulimique d'écriture (rayer la mention inutile)

La réunion de rentrée : quand maman retourne à l’école

Voilà maintenant une semaine que la rentrée scolaire a eu lieu. Chez nous c’était la deuxième rentrée de Crawette, en moyenne section donc. Pas trop d’inconnu puisque la classe, les camarades et la maîtresse restent les mêmes. Une Crawette impatiente de retrouver ses copains : « maman, ils me manquent mes copains » -chouine,chouine- deux semaines avant, déjà ! Bref, une rentrée facile, comme sur des roulettes.

 

Après la rentrée des enfants a lieu celle des parents, avec la fameuse réunion de rentrée où on découvre un peu la classe et la maîtresse qui nous explique comment vont se passer les journées et les différents temps forts de l’année.

réunion des parents

 

Ça commence bien puisque la date est fixée le même jour que mon rendez-vous chez le dentiste que j’ai mis 6 mois à fixer. Mais bon, comme je suis une maman modèle (ou que j’essaie d’en avoir l’air), je change mon rendez-vous pour être présente (tant pis pour mon haleine fraîche et mon sourire bright).

 

La réunion de rentrée, c’est un peu la rentrée des parents. Celle où tout le monde va se jauger, se scruter, papoter avec son voisin. Un vrai retour en enfance. D’ailleurs, l’année dernière, pour ma première année en tant que maman d’élève, j’ai eu l’impression d’une grosse régression dans ma tête tellement les questions qui se bousculaient étaient proches de celles de mon enfance : la maîtresse va-t-elle être sympa ? Vais-je trouver des mamans avec qui m’entendre ou vais-je être le vilain petit canard de la promo pour le restant de l’année (et des 8 années à venir puisque nous sommes dans une petite école de village) ? J’étais stressée !!!!

 

Pour cette deuxième année, je suis un peu plus détendue, en terrain conquis presque. Je rentre dans la classe et pour une fois je ne suis pas en avance. Trois parents sont déjà là, installés au fond de la salle sur de toutes petites chaises. Le comble du ridicule me dis-je avant de me glisser à mon tour sur un tout petit banc (au deuxième rang, genre fayote mais pas trop). Je ne connais pas leurs têtes, probablement des parents de petites section. Je les regarde donc avec un sourire condescendant au possible : « vous allez voir, ça va bien se passer »

Les mamans des copines de ma fille entrent juste après et se mettent à côté de moi. Ouf, l’honneur est sauf, j’ai des copiiiines (quand je vous dis que je régresse dès que je franchis ce fichu portail).

 

Comme chaque année, la maîtresse demande expressément à ce qu’on n’amène pas les enfants (sous entendu si vous ne pouvez pas les faire garder, ne venez pas). Comme chaque année, deux ou trois parents n’ont pas compris le sous-entendu. Mais là, j’avoue cette année, on a eu droit au show direct-live de la maman dépassée qui en plus se met bien à l’avant de la classe histoire d’en faire profiter tout le monde. J’ai un peu de peine pour elle, qui se démenait avec sa petite fille d’à peine plus d’un an et son petit bonhomme de trois ans, deux petits monstres qui hurlaient en cœur. J’ai un peu moins de compassion quand je l’entends dire à son fils « si tu te tais pas tout de suite je te laisse à l’école ».

 

Le discours du directeur cette année était un peu décousu, et les nouveaux rythmes scolaires ont légèrement envahi ce moment, sans trop de protestations toutefois. (parce que oui, même si les choses sont encore un peu brouillon, chez nous ça a été plutôt très bien pensé et organisé).

Je me pavane comme la bonne élève que je suis,  toute fière de moi parce que j’ai bien lu tous les papiers et assisté à toutes les réunions, je suis au taquet !

 

Le directeur nous laisse aux mains de la maîtresse. Elle aussi a l’air bien fatiguée, son œil gauche dit merde à son œil droit toutes les cinq minutes. Je comprends entre les lignes que la rentrée avec 15 petits nouveaux dans sa classe est un peu difficile « S’il vous plaît les parents, je sais que c’est difficile de laisser ses enfants en pleurs, mais plus vous faites durer, pire c’est » « ça serait gentil d’éviter aussi de leur faire toc toc et coucou par la vitre quand enfin ils se sont calmés » « j’apprécierais que vous fassiez faire pipi à vos enfants avant de les amener dans la classe, c’est pas évident de ressortir avec eux au moment de l’accueil » etc. … Bon là, je me dis que je suis venue pour rien, ça ne concerne pas les moyennes sections, nos petits loulous sont 8 et ils sont noyés au milieu de cette masse braillarde, ça va être une année compliquée on dirait !

Puis, rappel des consignes inscrites dans la lettre de rentrée. Mais je l’ai lue moi la lettre de rentrée. Pffff, vraiment j’aurais mieux fait d’aller chez le dentiste hein ! En plus j’ai mal aux fesses sur ce fichu banc trop petit…

Elle nous parle ensuite de la journée-type, en déviant à chaque fois sur des consignes élémentaires qu’elle ne devrait même pas avoir à rappeler (mais on sent bien qu’il y a une raison pour qu’elle les donne ces consignes, elle a l’air au bord du gouffre, ça promet !). Les intervenants pour les activités sports et musique sur le temps scolaire sont maintenus, bonne nouvelle !

 

Puis vient le temps des questions. Heureusement que mes deux voisines et moi sommes là pour remonter le niveau avec des questions pertinentes (huhuhu).

Enfin, une maman interroge la maîtresse sur les locaux et la maîtresse propose de faire une visite. Mais c’est vraiment une bonne idée ça ! parce qu’à part la salle de classe où je dépose ma fille, la salle de garderie où je la récupère et la salle de cantine qui se transforme en bureau de vote en période d’élection, je ne la connais pas en fait l’école. Ha mais merde, je suis une maman 2e année, et toutes les copines s’en vont, c’est la honte si je reste.

Bon, ben je ne fais pas la visite alors, je rentre chez moi avec une pointe de regret.

Estamillia, 5 ans et demi dans sa tête !

 

0
Shares
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 thoughts on “La réunion de rentrée : quand maman retourne à l’école

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :