Assise sur mon volcan

blog de maman / femme / râleuse / boulimique d'écriture (rayer la mention inutile)

l’échéance

  • CRPE : concours de recrutement de professeur des écoles
  • 3e concours réservé aux personnes remplissant les conditions de dispense de diplôme
  • Nombre d’inscrits sur l’académie de Clermont-Ferrand : 226
  • Nombre de présents le jour des écrits : 52
  • Nombre de postes : 5
  • Nombre de mois de révisions : 8
  • Durée des écrits : 2 épreuves de 4h chacune

 

Huit toutes petites heures… des semaines, des mois d’investissement, de travail se sont joués en deux jours…

Voilà, c’est fait, c’est fini, on attend (ou presque puisque ce n’est que la première partie de la sélection et qu’il ne faut rien lâcher pour la suite).

Je ne crois pas m’être lamentablement plantée, mais je ne suis pas certaine d’avoir réussi non plus.

Sans oser trop l’avouer en début d’année, je ne me pensais pas capable de tenir la distance, d’arriver à travailler seule, de garder la motivation et la constance. Ce n’était pas facile tous les jours, parfois j’avais l’impression que mes proches ne mesuraient pas l’investissement que ce genre de préparation demande. Combien de fois Monsieur Chéri m’a fait la tronche parce que je n’étais pas disponible pour faire la liste des courses puisque lancée dans un sujet de maths ou de français en conditions de concours ? et en même temps, ils m’ont soutenue, ils n’ont cessé de me dire combien ils étaient fiers de moi, de ma détermination… ils croient tous tellement en moi que c’en est parfois un peu effrayant, surtout quand on fait les statistiques de mes chances de réussite…

La réussite, je l’espère autant que je la crains, tellement d’inconnu devant moi… mais après avoir autant travaillé, l’échec dès la première marche aurait un goût amer. Malheureusement c’est le jeu (ma pauvre Lucette) des concours, je m’y suis déjà cassé les dents dans ma jeunesse… La différence c’est qu’aujourd’hui je réalise à quel point j’ai gagné en maturité, en confiance en moi. J’étais stressée le jour de l’épreuve, mais rien de comparable à l’état dans lequel j’ai passé les concours d’entrée en école de psychomot il y a 10 ans. Lundi et mardi, je suis arrivée avec l’impression d’avoir fait mon possible pour réussir, et en suis ressortie avec le même sentiment.

La salle est plutôt grande, mais très loin d’être remplie puisque seulement un quart des inscrits sont présents. Les visages sont décomposés par l’angoisse autour de moi. Je suis à peu près dans la moyenne d’âge, je scrute les personnes : comment elles s’organisent sur leur table, leurs mains qui tremblent, leurs yeux perdus et leur sourire crispé, leur panique à la moindre question… Je cherche des indices qui me permettront de me persuader que je vais mieux réussir qu’elles… J’essaie d’afficher une confiance sereine, autant pour me convaincre moi que les autres que je vais réussir quoi qu’il arrive.

Les consignes sont données au micro, les cartes d’identité sont vérifiées, les copies sont distribuées, il faut absolument remplir l’entête tout de suite, on nous le répète 5, 10, 15 fois… « faite bien attention à la pagination également ». les feuilles de brouillons ont des couleurs différentes d’une table à l’autre. On sort une petite bouteille d’eau et un petit encas en même temps que nos stylos. Tout ça a un petit air de « déjà vu » pour moi, c’est rassurant : les concours, je connais !

Les sujets sont là, dans des grosses enveloppes. On a tous les yeux rivés dessus. Ils sont distribués à l’envers avec interdiction d’y toucher mais l’envers du sujet de français contient un document que je commence à lire allégrement, comme si ces 30 secondes pouvaient changer la donne. Au top, on retourne nos sujets, on vérifie qu’il ne manque pas de page, et c’est parti…

Je suis fière de moi, du travail que j’ai fourni tout au long de l’année. C’est assez rare pour être souligné. Ces derniers mois, j’ai trouvé un équilibre entre ma vie de famille et mon projet, c’était tout ce que j’espérais, tout ce que je souhaitais… Ces derniers mois, j’ai appris encore davantage sur le métier d’enseignant et renforcé la certitude qu’il est fait pour moi.

Maintenant, les dés sont lancés, résultats des écrits le 2 mai, avec, je l’espère, les oraux dans la foulée.

0
Shares
Rendez-vous sur Hellocoton !

7 thoughts on “l’échéance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :