Assise sur mon volcan

blog de maman / femme / râleuse / boulimique d'écriture (rayer la mention inutile)

Courageuse ou inconsciente ? La fille qui lâche son travail

Je vous ai parlé plusieurs fois de mes « petits » soucis au boulot, de mon ras le bol, de mes projets pro que je voyais impossibles à réaliser…

Puis j’en ai eu marre de m’apitoyer sur mon sort, et j’ai décidé de faire bouger les lignes. J’ai dû batailler, j’ai un peu mis mon égo dans ma poche pour avouer aux personnes décisionnaires ma souffrance au travail, et voilà !

Dans 3 semaines, je quitte mon boulot. Après 7 ans de bons et loyaux services, sans effusions, sans conflit (ou presque), la tête haute, par la grande porte. Le Saint Graal qui était systématique refusé par nos dirigeants m’a été accordé : la rupture conventionnelle.

 

Pour moi, c’est vraiment une bonne nouvelle, mais quand je l’annonce autour de moi…

 

La première chose que tout le monde me demande, c’est évidemment : tu as trouvé autre chose ? tu vas faire quoi après ?

Bah oui, la conjoncture, la crise, tout ça… faut être un peu maboule pour lâcher un CDI, non ? Puis bon, ça ressemble pas à un boulot de merde ton truc sur le papier, ça a l’air très varié et intéressant ? Avec tous les gens qui rêvent de trouver un boulot comme ça comment peux-tu lâcher le tien ? sans avoir rien d’autre après, mais tu es complètement inconsciente ?

 

Peut-être que je suis inconsciente, égoïste, stupide, peut-être que dans 2 ans j’arriverais en fin de droit de chômage et je regretterais mon choix, peut-être que dans 6 mois on sera financièrement dans une grosse mouise et que je serais obligée de prendre le premier job alimentaire qui passe… peut-être…

 

Toujours est-il que ma situation telle que je la subis depuis 2 ans, le harcèlement de ma responsable, les difficultés à conjuguer mes contraintes pro et perso, l’absence totale de perspectives d’évolutions… Ce n’était plus vivable, ça me tuait à petit feu, et ma famille avec moi… alors j’ai décidé d’agir plutôt que de subir.

Bien sûr je doute, parfois, puis je me prends une réflexion de ma chef pour une connerie, je me retrouve avec la boule au ventre pour venir le matin… mais tellement moins lourde, tellement moins pesante, parce que le bout du tunnel est tout prêt, et quelle qu’en soit l’issue, c’est moi qui l’aurait choisie et je serai armée pour l’affronter.

 

Alors pour le moment, aux « tu vas faire quoi après ?  » j’ai envie de répondre « rien », prendre du recul, réfléchir, me ressourcer, faire tout ce que je n’ai plus le temps de faire…

Bien sûr j’ai des idées, j’ai quelques projets… mais d’abord, j’ai besoin de temps pour moi, pour me reconstruire de ces derniers mois tellement destructeurs, besoin de temps pour profiter de ma famille, nous ressouder…

 

Monsieur Chéri me soutient, il me dit que je suis courageuse de faire ce choix,de tout remettre en question, pour aller mieux, pour moi, pour nous.

Courageuse ou inconscient, moi-même je ne sais pas, finalement, à ce stade, c’est impossible à savoir, seul l’avenir nous dira si j’ai eu raison ou non…

 

 

 

 

0
Shares
Rendez-vous sur Hellocoton !

19 thoughts on “Courageuse ou inconsciente ? La fille qui lâche son travail

  • Bulle dit :

    Eh bien moi, je te félicite. Vraiment. Non, ce n’est pas si évident de prendre une telle décision surtout au vu de la conjoncture actuelle mais l’essentiel est, à mon sens, de faire ce qu’il y a de mieux pour soi. Je dis ça mais j’aimerais en faire autant sans en avoir le courage, c’est pour cela que je te félicite et de belles réussites pour la suite

  • marie dit :

    Courageuse oui !
    Alors bon courage et reconstruisez-vous à votre rythme !

  • Bien sûr que tu es courageuse!
    Tu as décidé de prendre ta vie en main et il y a peu de personne qui ose le faire (moi la 1ere)
    Je te félicite et je ne me fais pas de soucis pour toi, tu es une battante, tu le prouves encore, et tu réussiras, j’en suis certaine.
    Plein de bisous ma belle

  • Maman Rite dit :

    Tu as le courage que j’aimerais avoir ! J’ai lu un truc du style : notre zone de confort est notre zone de médiocrité. Je trouve cette phrase juste, terrible mais juste ! toi tu as choisi de faire avancer ta vie : Bravo !

  • Bravo pour cette décision pas facile !

  • En te lisant, en pesant chacun de tes mots, on vois qu’on est très loin de l’inconscience, et justement d’avoir conscience que tu risques aussi de te retrouver dans un « boulot alimentaire » si c’est nécessaire, rien que le fait que tu oses le dire, c’est la preuve que tu t’en sortira, quoi qu’il arrive.

  • Aileza dit :

    Sans hésiter je te dis que tu as raison ! J’ai fait le même choix que toi il y a quelques années. J’ai eu droit aux : mais tu es sûre de ce que tu fais ? comment vous allez vous en sortir ? Et bien je vais bien merci, beaucoup mieux qu’avant en tout cas.
    Cette précarité peut faire peur au départ, on se sent plus vulnérable en cas de coup dur et puis on se rend compte que ce n’est pas plus difficile qu’avant. Tu t’aperçois vite que ton mode de vie va s’adapter à tes nouveaux moyens et que ce n’est pas si compliqué…
    En plus tu es soutenue par ta moitié, c’est l’essentiel !
    Félicitations et bienvenue au club ^^

    • Estamillia dit :

      merci 🙂 je plussoie à 100% ton billet d’hier sur le sujet d’ailleurs ^^
      de toute façon, on se rend vite compte que je bosse pour pas grand chose quand on met les dépenses dans la balance…

      merci en tout cas de ton témoignage, ça rassure un peu 😉

  • doublerose dit :

    ton choix ne peut pas être mauvais car il répond à ton envie (besoin?) du moment.
    Tu n’as qu’une étendue de possibilité devant toi, n’écoute pas ceux qui ont peur de tout et qui ne changeront jamais rien.

    • Estamillia dit :

      clairement un besoin plus qu’une envie, un besoin quasi vital même certains jours !
      j’aurais pu choisir de me laisser crever là aussi, c’était un choix après tout, mais non hein ^^

  • […] en fait ? Parce que ce livre n’est que le starter d’un projet de nouvelle vie (vous qui me suivez, vous savez que ça me parle, surtout ces derniers temps), une petite pierre au grand édifice de Moon E. Weiss, […]

  • L'étudiante dit :

    […] me demandais il y a quelques temps si j’étais courageuse ou inconsciente. Je n’ai pas la réponse, évidemment. Mais ce qui est sûr c’est […]

  • L'étudiante dit :

    […] me demandais il y a quelque temps si j’étais courageuse ou inconsciente. Je n’ai pas la réponse, évidemment. Mais ce qui est sûr c’est […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :