Assise sur mon volcan

blog de maman / femme / râleuse / boulimique d'écriture (rayer la mention inutile)

Si je voyais une étoile filante 

Une douce soirée d’été comme on les aime, la brise est caressante et délectable après une journée caniculaire. Le ciel est dégagé et chaque minute, les derniers rayons de soleil qui finissent de s’y accrocher donnent l’impression qu’un millier d’étoiles supplémentaire vient parer la voûte obscurcie.

etoile

Allongée sur ma chaise longue, blottie dans les bras de mon mari (exercice hautement périlleux réservé aux initiés) je contemple le ciel. Oui j’aime contempler les étoiles, c’est mon côté pouet poète. Ça fait bien trop longtemps que je n’ai pas pris le temps de le faire… et pourtant, ça me fait toujours autant se bien, ouvrant une petite porte dans mon esprit vers la réflexion, l’analyse de la vie, tout ça.

 

Bref, ce soir je regarde les étoiles et soudain je me demande : si je voyais passer une étoile filante, que ferais-je comme vœu ? Et pour la première fois de ma vie, je ne sais que répondre à cette question…

Certains pourraient trouver ça triste, avoir 33 ans et avoir l’impression d’avoir réalisé toutes ses aspirations… mais ce n’est pas mon sentiment, je savoure juste mon bonheur tel qu’il est aujourd’hui, la chance d’avoir tout ce qu’il faut pour me combler.

 

 

Si je devais faire un vœu aujourd’hui ce serait de garder le cap, continuer à chérir ce qui me rend heureuse, profiter de tout ce que la vie m’apporte de petits bonheurs, de défis, d’aventures. Continuer à vivre, tout simplement.

Continuer à voir grandir mes enfants, partager avec eux la vie, ses joies et aussi parfois ses peines, mais ensemble. Les voir découvrir le monde, s’affirmer, devenir des personnes à part entière. Les entendre faire des projets pour l’avenir, proche ou lointain, tellement sûrs que tout ira bien, quoi qu’il arrive.

Découvrir mon nouveau métier et toutes les surprises qui m’y attendent, bonnes ou mauvaises. Jusqu’au bout de mon envie, sans m’interdire de changer encore si le besoin s’en fait sentir. Maintenant que je sais que j’en suis capable, je n’ai plus peur de la fatalité.

 

Je décroche mon regard du ciel pour mieux voir les yeux océans de Monsieur Chéri, en pensant à nos dernières disputes et mais surtout à nos nombreuses réconciliations. Je retrace par l’esprit tout ce qu’on a traversé main dans la main.

 

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. C’est un torrent qui dévale la montagne à une vitesse folle, avec une force parfois destructrice. Mais la vie est belle, elle est passionnante, et si je vois une étoile filante, je lui dirais de dire merci à toutes celles qui sont passées avant elle, et de continuer à veiller ainsi sur moi.

La vie est belle.

 

 

0
Shares
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *