Assise sur mon volcan

mon ange

petit ange,
j’ai tout juste eu le temps de savoir que tu étais là, blotti en moi
et déjà, tu es parti…
le monde continue à faire comme si tu n’avais jamais existé
mais moi je sais que c’est faux
j’ai imaginé ma nouvelle vie avec toi
nous t’avons fait une place dans notre chambre, dans notre cœur,
j’ai vu la famille que nous devenions
la fratrie que vous formiez
puis tout c’est envolé
ne laissant qu’une volute de fumée
comme si tout n’avait été qu’un rêve, le fruit de mon imagination
un cauchemar
parce que sur la machine, je te vois, tu es là
mais tout n’est pas comme ça le devrait
où est ton cœur ?
le mien est brisé
j’aimerais te faire vivre, respirer, rire
mais je ne fais plus que pleurer

mon ange, je te laisse t’envoler vers les cieux
et je m’accroche un faux sourire aux lèvres
en espérant que demain sera moins douloureux qu’hier
et que je pourrai te garder une petite place secrète dans mon coeur
toi l’enfant que je n’aurais jamais eu

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.