Assise sur mon volcan

les mauvaises nouvelles

Il y a des moments comme ça, où les mauvaises nouvelles s’accumulent
Elles s’alignent, les unes après les autres, dans une longue file d’attente sadique
Au suivant !

au suivant !

La mauvaise nouvelle t’assomme
Non, tu ne l’as pas vu venir
Même pour un évènement prévisible,
Elle te frappe toujours à l’instant où tu t’y attends le moins
Et te coupe le souffle

Le temps s’arrête, sur cette information tellement effroyable que la raison ne l’imprime pas
Cette longue minute suspendue qui t’emmène là où tu ne veux pas aller
Là où rien ne sera jamais plus pareil
L’air devient palpable, la salive prend un goût métallique
Doit-on prendre le risque de respirer ?

Puis finalement, oui, on respire encore, rien ne s’est écroulé
Mais c’est difficile de continuer quand le sort s’acharne sur ceux qu’on aime
Quand on ne peut rien pour eux qu’écouter leurs malheurs et partager une partie de leur peine
Et pourtant, c’est ainsi, la vie continue…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.