Assise sur mon volcan

Et nous deux dans tout ça ?

Nous avions 20 ans. On n’était pas partis pour s’aimer pour la vie. On était jeunes et insouciants, on passait de bons moments. J’étais encore un peu amochée par trois ans de relations sous emprise… Mais entre nous, c’était une évidence. La complicité, la bienveillance, l’attirance, on se faisait du bien, l’un à l’autre. C’est à ça que doit ressembler une relation, non ? Petit à petit, les sentiments se sont construits. Notre couple a grandi en même temps que nous qui devenions adultes.

Nos envies, nos projets ont toujours été en accord. Au fur et à mesure, on a réalisé qu’on voulait que ce soit pour toujours. Pierre par pierre, on a bâti une vie de couple, coupé le cordon avec nos parents, trouvé un boulot, emménagé ensemble. On a appris à s’apprivoiser dans ce nouveau contexte.

Un jour, j’ai enfilé une belle robe blanche et on a avoué devant toute notre famille et nos amis qu’on s’aimerait pour la vie. Ils étaient déjà au courant en fait, certains le savaient même avant nous je crois. Mais ça a été l’occasion de célébrer ça : notre rencontre, nous deux. On était solides ensemble, chacun le pilier de l’autre. À ce moment, je pensais qu’on serait indestructibles ensemble, que jamais on ne se ferait de mal.

 

La suite logique, c’était de faire des bébés. Une envie commune, une sorte de besoin viscérale pour moi depuis si longtemps. Qui aurait cru qu’une si petite personne chamboulerait à ce point nos vies ? Pas moi en tout cas. L’arrivée d’un bébé, ça vous change une femme. Mais ça vous change un homme aussi.

L’arrivée de ce bébé, et du suivant, c’est beaucoup de bonheur, c’est du ciment dans notre vie de couple. Mais le ciment, parfois, il se fissure. La fatigue, les hormones, la fatigue, les ascenseurs émotionnels, la fatigue, la réalité parfois si différente de l’idée qu’on s’était fait de tout ça, la fatigue… Notre couple, notre cocon de bienveillance et d’amour, il en a bavé. Parce que c’est plus juste nous deux, c’est aussi eux. Et qu’il est parfois tellement difficile d’arriver à tout concilier. Parce qu’il doit y avoir des priorités quand on ne peut pas tout gérer, et que notre couple est souvent passé en dernier depuis plusieurs années. Parce que je suis tombée au fond du trou, et que tu as essayé de m’empêcher de sombrer en usant tes dernières forces et que c’est à mon tour de te porter. Parce que tu doutes toujours d’être un bon papa, même si on ne cesse de te l’assurer.

Parfois je me prends à rêver que tout redevienne comme avant. Mais je ne veux pas, je ne peux pas regretter ces dernières années et toutes les joies qu’elles nous ont apportées. On a grandi, on a changé, on s’est débattus avec un quotidien bien difficile. Mais je veux croire que les profonds sentiments qu’on se porte l’un à l’autre nous permettront de passer au delà de tout ça. Et que même si on ne redevient pas comme avant, le nouveau « nous » réapprenne à vivre en harmonie et continue à construire des projets, une vie, ensemble. Parce qu’on avait dit pour toujours. Et que j’y crois encore. Je t’aime.

 

couple

20 thoughts on “Et nous deux dans tout ça ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :