Assise sur mon volcan

comment devenir maman m’a changée

On a toute été cette petite nullipare qui ne comprend pas le point de vue des mamans, qui se dit que quand ça sera son tour d’avoir des enfants JAMAIS elle ne fera comme ça. Et pourtant…

Avec le recul que je prends aujourd’hui, je me rends compte à quel point la maternité m’a chamboulée, à changé mon point de vue sur plein de choses, a tout remis en perspective. Mes priorités ont changé, mais aussi celle que je suis en profondeur.

 

Le plus gros changement a été celui de mon rapport à mon travail. Et pas uniquement parce que je n’ai pas été franchement bien accueillie au retour de mes congés maternité (et qu’on a tout fait pour me compliquer la vie). Mais aussi parce que je me suis rendue compte que chaque rendez-vous pris en dehors de mes horaires habituels, chaque déplacement qui me fait partir quelques jours, chaque journée que je ne passe pas avec eux, sont des déchirements pour moi. Là où avant je m’éclatais, je me sens toujours super mal de prendre du temps sur ma vie de famille, de perdre la moindre minute avec mes enfants. Je n’arrive pas à prendre du recul avec ça, je suis toujours le cul entre deux chaises. Dans l’autre sens, je me prends aussi la tête pendant 3h quand un des enfants a un peu de fièvre le matin pour savoir si je reste à la maison avec lui ou si je pars au boulot. Entre conscience professionnel et cœur de maman, c’est un conflit perpétuel. En ça, devenir maman ne m’a pas vraiment simplifié la vie.

Et puis ce travail que j’aimais tellement, à mon retour de congé maternité, c’était très étrange de le retrouver tel quel, alors que moi j’étais devenue si différente. Je ne sais pas trop comment décrire ce sentiment. Peut être l’impression d’avoir tellement grandi en devenant mère qu’on ne pouvait plus attendre la même chose de moi ? En tout cas, ce sentiment fort que tout ça ne m’intéressait plus comme avant.

 

Je ne me considère pas comme quelqu’un d’égoïste, je suis même un poil trop à toujours vouloir tout faire pour faire plaisir aux autres. Mais avant d’être mère, je trouvais quand même toujours du temps pour me centrer sur moi, me faire plaisir. Le sport trois à quatre fois par semaine, les sorties régulières avec les copines, etc. … En devenant maman, s’il y a une chose qui a changé, c’est l’ordre des priorités : mes enfants en premiers, envers et contre tout. À tel point que je me suis complètement oubliée pendant un moment. Mais j’y travaille, et je commence petit à petit à réapprendre à prendre du temps pour moi, et rien que pour moi. Aussi parce que j’ai réalisé qu’avoir leur maman toujours auprès d’eux, c’est bien, avoir une maman un peu moins présente mais en pleine forme, c’est mieux !

 

Mais il a aussi des changements qui se sont opérés en moi qui sont plus positifs. Comme celui de mon rapport à mon corps. Ce corps, il a fait deux petits miracles, et aujourd’hui, j’apprends à l’aimer. Je l’ai torturé toute ma vie, jamais assez si, ou trop ça. Aujourd’hui, il n’est pas parfait, mais je lui dois la vie de mes deux amours, alors je suis beaucoup plus indulgente avec lui. Comme toute primipare, j’ai passé ma première grossesse à me promettre à moi même de faire mon possible pour qu’une fois le bébé dans mes bras, je redevienne exactement la même physiquement. Il m’a fallu quelque temps pour accepter que ça ne serait jamais le cas. Mais je me suis rendue compte qu’en fait je m’en fichais. Ça n’avait plus d’importance de savoir si j’étais belle, regardez mes enfants comme ils sont beaux, c’est tout ce qui compte. Puis petit à petit, après l’arrivée de Loustic, je me suis dit que je ne voulais pas d’autres enfants et je me suis autorisée à me reprendre en main. Réinscription au sport, équilibrage alimentaire, pas à pas, je reprends possession de ce corps qui s’est consacré à mes enfants. Et malgré les vergetures, et quelques petits bourrelets, je l’aime ce corps, c’est le mien.

 

Devenir mère m’a aussi beaucoup rapproché de ma maman. Avant même d’être enceinte, j’avais déjà fait un gros boulot en thérapie pour sortir tout ce que je reproche à ma mère, et apprendre à lui pardonner, à réaliser qu’elle n’est qu’un être humain qui a fait de son mieux. En devenant mère à mon tour, j’ai pu acter cette nouvelle indulgence d’autant plus que je sais que je fais moi aussi des erreurs avec mes enfants. Et j’ai appris à être assez sûre de moi pour faire les choses comme j’en ai envie, mais sans me refuser non plus de lui demander son avis (et de l’envoyer bouler quand elle me le donne alors que j’ai rien demandé). On a trouvé un juste équilibre, et j’aime la place qu’elle prend avec mes enfants.

 

Longtemps, tout ma vie peut être, je me suis sentie différentes, incomplète, vide, comme s’il me manquait quelque chose, comme s’il y avait des grands trous à combler dans mon cœur. Si la maternité m’a apporté une chose, c’est bien celle-ci : la plénitude. Je ne vais pas vous mentir et vous dire que je me sens tout de temps en paix avec mon âme torturée, mais quand j’ai ce creux au ventre, il suffit d’un gros câlins de mes deux amours, et tout est réparé.

 

 

Je crois qu’avant d’avoir des enfants, on pense tous qu’on sera les mêmes avec juste plus d’amour autour de soi, on ne voit pas en quoi ça devrait nous changer. Jamais je ne me serais imaginé que ça bouleverserait autant ma personnalité et ma façon de voir les choses. Mais vous savez quoi ? Je ne reviendrais en arrière pour rien au monde.

7 thoughts on “comment devenir maman m’a changée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :